par Didier JEAN
Au retour de notre résidence d'auteurs à Bourges, printemps 2007, ZAD, qui préparait une exposition autour des rêves, m'a proposé de composer un morceau pour chacun de ses tableaux.
A l'époque j'étais très malade, le corps complètement saturé de mercure. Merci les almalgames dentaires ! Et si je voulais m'en sortir, il fallait un événement exceptionnel .
Zad me connait bien (elle sait que la création est mon moteur et la musique ma principale raison de vivre ) alors, sachant que je tomberais dans le panneau, elle m'a proposé de relever un défi. Un beau défi !
Je me souviens des premiers titres que j'ai composés, vacillant à chaque instant, mais la volonté profondément ancrée dans les trippes.


Merci à ZAD

Bien que je ne sois pas à proprement parler musicien - je me considère plus comme un compositeur - j'ai décidé de réaliser ce projet seul. Cette légèreté dans la structure me tentait bien, ayant toujours collaboré avec de multiples partenaires.
J'aimais l'idée d'assumer avec mes petits moyens toutes les parties, y compris la voix.
Cette aventure m'a donné l'occasion de retrouver la basse, mon premier instrument. Je l'avais abandonné au fil du temps, lui préférant les claviers, il est vrai plus évidents pour composer.
J'ai créé les 26 pièces musicales de cette exposition avec beaucoup de spontanéité et de rapidité. Durant une période s'étendant sur un an et demi tout de même ! Hélas, je ne peux pas passer toutes mes journées dans mon studio, la création littéraire ou de visuels, les salons du livre, les ateliers m'obligeant à sortir de ma tannière
Le temps étant une denrée rare, j'ai choisi d'aller à l'essentiel, privilégiant le ressenti plutôt que la technique. Les morceaux sont courts, évoluant entre la chanson et la poésie.
Bien sûr j'ai utilisé mes traditionnels claviers samplers et mon ordinateur mais sans trop en abuser. J'ai même joué du balafon sur un titre !
Je ressentais bien souvent l'excitation d'un enfant face à un nouveau jeu
Un vrai gamin !
Le processus était simple : Zad posait sur un chevalet de mon studio un tableau qu'elle venait de terminer et dans la foulée je me mettais au clavier pour jouer tout en le découvrant.

L'ambiance à peine ébauchée, je réfléchissais à quelques mots clés pour démarrer un texte ou plutôt devrais-je dire des paroles comme pour de la chanson. Le tout créé dans une ambiance un peu fiévreuse mais non virale ;)
Ensuite rapidement, j'improvisais face à mon micro tout en enregistrant.

Ci-contre le studio de la Rapiette le lendemain matin d'une longue nuit d'enregistrement... >>

Le fait que des amis soient au centre des tableaux était une motivation supplémentaire. On a toujours plus de choses à dire sur les gens qu'on aime...
Ainsi le tableau ci-contre met en scène une amie de Bordeaux qui avait posé pour Zad. Au cours d'un repas elle nous a parlé de son besoin irrépressible de nature. Elle nous a avoué qu'à chaque printemps, les larmes baignent littéralement ses yeux lorsque les premiers bourgeons apparaissent.
C'est vraiment la peinture qui a été l'élément précurseur de la musique de
" J'ai fait un rêve ". J'ai souvent ressenti l'impression d'être parti en vacances de moi même, en voyage dans l'univers onirique de Zad et de ses personnages.
La musique que vous entendez correspond au tableau ci-dessus.
Ah La basse....
< Ma basse est une Aria pro II. Elle n'a rien d'extraordinaire mais quel plaisir lorsque j'en joue et réussi à la faire chanter !
Je me suis promis de continuer à pratiquer cet instrument, car finalement j'ai re-découvert à l'occasion de ce projet que j'étais bien un musicien...
un bassiste !!!
Zad et moi-même avons décidé d'éditer un livre-CD, catalogue de l'exposition "J'ai fait un rêve", reprenant l'intégralité des peintures, des textes et des musiques.
Nous avons saisi cette opportunité pour créer une petite structure éditoriale,
2 Vives Voix Editions,
qui produira d'ici peu d'autres projets avec d'autres artistes.
Pour découvrir quelques pages et musiques du livre-CD, cliquez ici